Le deuil


« Le deuil » est la perte définitive en soi d’une personne ou d’une chose.

« Faire le deuil » est une réaction qui s’accompagne de sentiments et de pensées éprouvées suite à la perte de quelqu’un ou de quelque chose. C’est en effet un processus actif dans lequel la personne se met en action pour se délivrer de sa tristesse, peine, souffrance, incompréhension… qu’implique la perte. On entend souvent parler de « faire son deuil » pour pouvoir avancer. Mais, qu’est ce que cela veut vraiment dire? A quoi ça sert? Est-ce primordial ? Comment faire? Il est important de noter que le mot « deuil » peut avoir plusieurs significations : deuil d’une relation, deuil d’un être cher, deuil d’une situation professionnelle, etc. ….Ce mot ne se limite pas au lien que l’on fait naturellement à celui de la mort. Ainsi, comme nous allons le voir, peu importe la nature du deuil, le processus est toujours le même. Nous passons par des étapes qui sont des états internes différents, plus ou moins difficiles qui vont par la suite nous permettre de remonter la pente en acceptant la situation pour apercevoir le ciel bleu et les projets qui nous attendent.


L'acceptation du deuil, plutôt que l'évitement !


Plus vous essayerez d’éviter, de nier, de ne pas voir les choses et plus vous vous renfermerez dans un processus sans fin de malaise interne, d’incompréhension face à votre tristesse, non gout à la vie, jusqu’ à faire une petite dépression ou voir même l’envie de mourir. La mort, dans la culture occidentale (ce n’est pas le cas dans toutes les cultures) est une étape redoutée par chacun parce qu’elle signifie la fin de notre existence du moins physique sur terre. Aussi, le regard que nous portons sur cet événement ne peut que nous insuffler des sentiments négatifs (tristesse, désarroi, colère, regrets…) puisque nous sommes dans « la perte de … ». Et cela vaut également pour les autres formes de deuils plus métaphoriques (rupture sentimentale, licenciement professionnel, etc.), nous sommes aussi dans « la perte de » ou le « renoncement à … ». C’est au cœur de ce creux, de ce vide laissé que ce situe la souffrance propre au deuil. L’acceptation du deuil (qui n’est pas l’oubli ou l’effacement de tout regret) va donc, comme nous allons le voir, passer par la nécessité de combler (pas de remplacer) mais bien de remplir ce qui s’est inscrit en négatif, en creux en nous.


Identification de 4 phases par lesquelles nous passons lors d'un deuil:


1) Phase du choc et du déni Cette étape peut durer quelques minutes, quelques jours ou quelques semaines. Lors de cette phase, la personne a de la difficulté à croire la réalité ou la nie et peut être incapable de réagir. 2) Phase de la protestation Cette étape peut durer quelques semaines ou quelques mois. Lors de celle-ci, la personne peut vivre de la colère, de l’incompréhension, un sentiment d’injustice, une culpabilité plus ou moins grande, la recherche d’un coupable et d’un sens à la perte. La personne commence à reconnaître la permanence de la perte. 3) Phase de la désorganisation Cette étape peut durer quelques semaines, voir quelques mois. La personne peut ressentir une grande tristesse, de l’anxiété, de l’impuissance. Elle peut également se replier sur elle-même, se désintéresser de ses activités habituelles. 3) Phase de la réorganisation et de l’adaptation Cette étape peut durer de quelques mois à quelques années. La personne est moins envahie par la perte et retrouve peu à peu sa capacité à avoir du plaisir. Elle a un regain d’intérêt et entrevoit la possibilité de nouveaux projets. Elle s’adapte à sa nouvelle situation.


Intérêt de faire son deuil ?


– On cesse d’avancer dans le noir parce qu’on regarde la situation en face, on reconnait les choses, on les accepte, ce qui permet de mobiliser ses ressources – On retrouve l’envie de faire des projets – On reprend progressivement le contrôle de sa vie


Sébastien Devoti - Psychologue Montoir-De-Bretagne - Enfants, adolescents et adultes

Featured Posts
Recent Posts